Archives de Tag: valérie domain

Du nouveau chez Aufeminin.com

Goliath du web féminin avec ses + de 10 Millions de VU en France, le groupe Aufeminin.com semblait ces derniers temps se reposer sur ses lauriers. Fort de son statut de leader (en terme d’audience et commercial), Aufeminin.com semblait avoir renoncé à une stratégie de conquête depuis son rachat par le groupe média Axel Springer… Mais les choses sont en train de changer !

1° Une nouvelle femme de tête : Marie-Laure Sauty de Chalon, ex Aegis Media, devient PDG du groupe à compter du 1er juin. Un nouveau souffle, une nouvelle tête, un parcours sans faute dans le groupe Aegis Media… Aufeminin.com inaugure une nouvelle ère

2° Une nouvelle stratégie éditoriale…

Face au succès de Webedia (Purepeople, Pureshopping, Puretrend), Aufeminin.com avait pris un coup de vieux, tant en tant d’ergonomie que de contenu éditorial, Aufeminin.com était en voie de ringardisation massive face à la concurrence de nouveaux portails (Grazia.fr, Purepeople.com, Be.com), mais aussi des blogs féminins de plus en plus puissants.

Mais depuis quelques mois, on sent poindre de nouvelles envies : des nouvelles rubriques (Société puis News People voilà quelques jours), des partenariats (avec le Trophée des femmes en or mais aussi un prix littéraire)… pour une double stratégie. Celle d’une valorisation de la marque mais aussi d’une éditorialisation des contenus…

3° Donner une plus grande part à l’édito

Nouvelle recrue de Aufeminin.com, Valérie Domain – chargée de développer le pôle culture-people du site. Ex rédactrice en chef de Gala.fr (Prisma Presse), Valérie Domain a commencé sa carrière dans la presse écrite, de France Soir à Gala (version print) et auteur de plusieurs livres, Valérie Domain vient renforcer une équipe élevée au biberon du web.

Une bonne nouvelle pour les journalistes web alors même que Google tend à devenir le vrai rédacteur en chef des sites web. A l’heure où trop d’éditeurs web ne jurent plus que par le dieu Google et ses saints (référencement SEO et Google News), une dérive d’ailleurs dénoncée par le rédacteur en chef de lexpress.fr dans un récent papier (c’est ici), on ne peut que saluer la stratégie éditoriale de Aufeminin.com

Peut-être cela donnera-t-il quelques – bonnes – idées aux portails web en proie à une maladie contagieuse : l’uniformisation des contenus.

A bon entendeur !

> Pour aller plus loin, un peu de lecture : c’est le référencement qui est Gaga

Publicités

La biographie non autorisée, un exercice de style dangereux

A l’occasion de la polémique sur le livre polémique consacré à Johnny Hallyday et des menaces de procès proclamées par Jean-Claude Camus, j’ai eu envie d’expliquer quelques clés de l’édition, un métier que je connais bien pour avoir travaillé chez First, Calmann-Levy, Ed 1, entre autres…

Dans la cuisine interne de l’édition, il y a deux types de biographies people. Les biographies autorisées écrites avec une personnalité (en tout cas avec son aval) et les bio non autorisées. C’est le cas le plus intéressant, les livres les plus intéressants quant au contenu, des livres à fort potentiel commercial, mais aussi les plus « touchy ». En raison des lois sur la vie privée, un éditeur peut aisément de retrouver devant le tribunal, au motif de diffamation ou d’atteinte à la vie privée.

Si ces livres peuvent cartonner en librairie, ils peuvent aussi causer de sérieux ennuis à leurs auteurs, et éditeurs. Si aux USA, Andrew Morton a fait son succès avec des bio à charge de Madonna, Tom Cruise, Angelina Jolie, en France, le droit complique beaucoup de genre de littérature…

Pour avoir été la (presque éditrice) du livre de Valérie Domain sur Cécilia (future ex) Sarkozy, Entre le coeur et la raison (chez First) pilonné à 48 H de sa sortie en librairie, je connais un peu le sujet…

NB : ce livre n’est jamais paru !

Autre exemple retentissant, la bio romancée de Claire Chazal, derrière l’écran. Cas d’exceptionnel dans l’édition, et le droit français, ce livre fut interdit, retiré des librairies et coûta une forte amende à son auteur..

Des autres exemples, on en connaît peu, et pour cause ! Jamais sortis, les médias n’en ont pas parlé. Citons par exemple une BNA (bio non autorisée comme disent les avocats) de Depardieu, un livre sur Luc Besson sorti mais black listé des médias… et sans doute de nombreux projets restés dans les tiroirs d’un éditeur !

Car il y a plusieurs façons de tuer un livre

– le référé qui interdit la sortie d’un livre avant sa sortie !

– le cas Chazal qui a obligé le retrait des livres en librairie

– le cas Alain Delon vs Bernard Violet (le spécialiste français du genre) qui a attaqué pour faire interdire un livre même pas encore écrit… Et si finalement le livre a été écrit et a pu sortir en librairie, la version édulcorée avait soigneusement été « peignée » par le service juridique de l’éditeur.

– la non médiatisation d’un livre dérangeant : dernier exemple en date, celui d’une bio à charge de Zinedine Zidane, autre monstre sacré…

Et à venir prochainement : il se murmure que 5 éditeurs s’apprêtent à sortir des BNA de DSK… L’occasion sans doute d’un nouveau papier ! Car si d’ordinaire, les politiques ont pour règle de ne pas attaquer, on se souvient du contre exemple de La femme fatale au sujet de la rupture Royal / Hollande